Presse

Les Kurdes affirment avoir chassé l'EI de la ville de Sinjar

Au deuxième jour de l'offensive des peshmerga, le président du Kurdistan irakien a affirmé, vendredi, que la ville stratégique de Sinjar n'était plus aux mains des jihadistes de l'EI. John Kerry, de son côté, se montre plus mesuré.

C'est un revers pour les jihadistes de l'organisaton État islamique (EI). Au deuxième jour de leur offensive, les forces kurdes irakiennes ont pris le contrôle, vendredi 13 novembre, de Sinjar, une villedu nord de l'Irak contrôlée depuis août 2014 par l'EI, a annoncé le président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani.

Dans le cadre d'une opération lancée la veille avec l'appui de la coalition internationale menée par les États-Unis, des combattants peshmerga sont entrés à pied, à partir du nord, dans la ville en proie à de vastes destructions.

 

 

"La libération de Sinjar aura un fort impact sur la libération de Mossoul", a déclaré vendredi Massoud Barzani, ajoutant que "Sinjar [avait] été libérée par le sang des peshmerga et fai[sait] désormais partie du Kurdistan". Des déclarations qui risquent de provoquer l'irritation du pouvoir central à Bagdad.

Plus prudent, John Kerry s'est dit de son côté "confiant" dans le fait que la ville de Sinjar soit libérée de l'EI "dans les prochains jours".

Partager

© Tous droits réservés - Représentation du Gouvernement du Kurdistan en France - 2018' - Site web créé par Agence Développeur Web.