Actualité

Appel à la communauté internationale: situation alarmante des réfugiés syriens au Kurdistan

 

Dans un communiqué publié aujourd'hui, le Centre conjoint de coordination des crises du ministère de l'Intérieur du Kurdistan appelle les Nations Unies et les agences internationales à aider le Gouvernement Régional du Kurdistan pour la prise en charge des réfugiés syriens et autres personnes déplacées qui résident dans la région du Kurdistan.

 

Dans la déclaration, le Centre Conjoint de Coordination de Crise demande l'aide de la communauté internationale étant donné que le KRG continue de « fournir des services et des opportunités, des soins de santé, de l'éducation et des moyens de subsistance à la population sous notre protection ».

 

Voici le texte de la déclaration :

 

La guerre civile en Syrie en 2011 a incité des millions de personnes à rechercher la sécurité dans les pays voisins, y compris la région du Kurdistan irakien (KRI). Environ 250 000 réfugiés syriens ont fui dans la région du Kurdistan et sont restés sous la protection du Gouvernement Régional du Kurdistan (KRG) depuis lors. Aujourd'hui, 37% résident dans neuf camps de réfugiés dans les gouvernorats d'Erbil, Duhok et Slemani du KRI et le reste est hébergé dans les communautés locales. Ces familles de réfugiés avaient tout laissé derrière elles, étaient extrêmement vulnérables et dépendaient entièrement de l'aide humanitaire à leur arrivée. La population locale a lancé des campagnes de collecte de fonds et a ouvert ses portes à des familles de réfugiés, et l'administration régionale a alloué 90 millions de dollars de son budget pour l'aide humanitaire et les services de base aux réfugiés de 2012 à 2014.

 

Cette réponse collective du gouvernement et de la population locale était basée sur la politique du KRG qui accordait la liberté de mouvement, la résidence et les permis de travail, ainsi que le libre accès aux services de santé et d'éducation de la région. La politique de l’administration locale demeure unique en ce qu'elle accorde des droits et des possibilités étendus aux réfugiés. Notre politique a donné des résultats importants en termes de sûreté et de sécurité pour les réfugiés, de cohésion sociale dans la région et de gestion durable des réfugiés. Notre modèle a démontré que même en pleine crise, une gestion durable des réfugiés est possible et donne de meilleurs résultats à moindre coût.

 

Aujourd'hui, la région du Kurdistan accueille plus de 1,4 million de personnes déplacées dont 250 000 réfugiés. Globalement, notre région accueille 97% des réfugiés syriens en Irak et 40% des Irakiens déplacés internes. Le déplacement de masse a été causé par la guerre en Syrie, les atrocités commises par l'Etat islamique et les opérations militaires visant à libérer le territoire du groupe terroriste. La nature de la crise en Syrie et en Irak a prolongé les déplacements, empêchant la majorité des réfugiés et des personnes déplacées de rentrer chez eux. En outre, la crise financière a paralysé la région du Kurdistan, conséquence du coût de la guerre et de la crise humanitaire, de l'effondrement du prix du pétrole et de la décision du gouvernement fédéral de suspendre la part du Kurdistan du budget national irakien depuis 2014.

 

Par conséquent, les fonctionnaires, qui constituent la majorité de la masse salariale de la région, ont connu des retards dans les salaires et des réductions des prestations et des pensions. Cela a eu un impact négatif sur les fonctionnaires impliqués dans l'aide humanitaire. De plus, le taux de chômage a triplé, passant de 3% en 2013 à 14% en 2016 et le taux de pauvreté a considérablement augmenté, passant de 6% à 14%.

 

Le KRG reste attaché à sa politique basée sur les droits et continuera à faire tout ce qui est en son pouvoir pour soulager les souffrances des réfugiés et assurer la sécurité, la protection, les services et les opportunités. Nous le faisons grâce à notre collaboration vitale avec des partenaires, notamment des agences des Nations Unies et des ONG locales et internationales. Pourtant, les contraintes et les défis persistent et, bien que le financement du Plan d'intervention en faveur des réfugiés syriens et de la résilience (3RP) continue d'être gravement sous-financé, nous aimerions attirer l'attention du gouvernement fédéral et de la communauté internationale. Nos partenaires nationaux et internationaux ne seront pas en mesure de faire face à la pression et de fournir une assistance et des services essentiels à la population réfugiée.


Pour 2018, les partenaires ont lancé un appel de 226,8 millions USD pour les réfugiés syriens en Irak. À la date de cette déclaration, seulement 11,3% (25,7 millions) du montant de l'appel ont été fournis par la communauté internationale. Cela représente 17 USD par réfugié par an. Le manque de financement oblige de plus en plus les partenaires humanitaires à réduire l'échelle et la qualité de leurs programmes et ils sont aujourd'hui contraints de suspendre de nombreux projets importants prévus en 2018. Cela aura des conséquences désastreuses pour les réfugiés et les communautés hôtes. Nous devons également attirer l'attention sur le fait que la région accueille également 20 700 réfugiés turcs, 13 120 iraniens. Cela porte le nombre total de réfugiés dans notre région à 274 931 personnes qui ont besoin de différents types de soutien et d'assistance. La communauté internationale s'est réunie à Bruxelles les 24 et 25 avril pour discuter de la situation des réfugiés syriens dans les pays voisins. Cette réunion avait pour but de renforcer les efforts internationaux pour alléger les souffrances humanitaires face à un déplacement prolongé où des millions de réfugiés manquent de moyens de premières nécessités, de droits et d’opportunités.

 

Le Gouvernement Régional du Kurdistan appelle les pays donateurs, les agences des Nations Unies et les ONG internationales à prêter attention aux réfugiés syriens dans notre région et à investir dans le modèle durable et fondé sur les droits que nous avons adopté. Nous avons besoin d'une assistance internationale pour continuer à atténuer la souffrance humaine et fournir des services et des opportunités, des soins de santé, de l'éducation et des moyens de subsistance à la population sous notre protection.

 

Situation des réfugiés dans la région du Kurdistan - Aperçu statistique :

 

  • 274 931 personnes relevant de la compétence du HCR (réfugiés) se trouvent dans la région du Kurdistan irakien (KRI)
  • 248 382 réfugiés syriens (81 000 familles) sont enregistrés en Irak
  • 37% vivent dans 9 camps à Erbil, Duhok et Slemani et 63% vivent hors des camps
  • 47% des réfugiés syriens sont des femmes et 53% sont des hommes
  • 34% des réfugiés syriens sont des enfants âgés de 0 à 11 ans
  • 70% des réfugiés syriens dans la région du Kurdistan irakien sont des femmes ou des enfants.
  • 35% des familles n'ont pas d'abri adéquat et vivent dans des conditions difficiles
  • 32% sont des personnes ayant des problèmes graves de santé nécessitant un soutien et des soins particuliers
  • 70% des enfants de 6 à 12 ans sont scolarisés

 

KRG - Centre de coordination des crises (JCC) du Ministère de l'Intérieur

Région d'Erbil - Kurdistan - Irak

 

25 avril 2018

Partager

© Tous droits réservés - Représentation du Gouvernement du Kurdistan en France - 2018' - Site web créé par Agence Développeur Web.