Actualité ➤ Cérémonie en hommage de 104 victimes yézidies dans le village de Kocho à Shengal

 

 

Un cortège funéraire pour 104 yézidis qui ont été tués par le groupe Etat islamique à Shengal en 2014 s'est tenu à Bagdad le 4 février 2021. Il s’agit de la première commémoration de ce type pour des victimes exhumées de fosses communes.

Le Président irakien Barham Salih, le Premier Ministre Mustafa al-Kadhimi et le Premier Vice-Président du Parlement irakien Hassan al-Kaabi étaient présents, ainsi qu'un certain nombre de chefs militaires et de membres de la communauté yézidie. 

La cérémonie s'est déroulée sur la Place du souvenir des martyrs à Bagdad, où des véhicules militaires ont transporté les corps des victimes lors d'un cortège funèbre.

Les 104 victimes ont été ramenées au village de Kocho aujourd’hui dans la région de Shengal, pour y être enterrées. 

Les membres de la communauté yézidie se sont réunis pour une cérémonie d'enterrement en l'honneur des défunts. Plus de six ans après le génocide, les familles de Kocho vont enfin pouvoir enterrer certains de leurs proches.

Kocho a été le site de l'une des pires atrocités commises contre la communauté. En effet, tous les garçons et les hommes du village ont été abattus, et les jeunes femmes et filles vendues comme esclaves.

Les corps des 104 victimes ont été exhumés sous la coordination de la mission des Nations Unies qui enquête sur les crimes de l’Etat islamique en Irak, l'UNITAD.

Bien que les enquêtes menées par les Nations Unies soient importantes, elles n’ont toujours pas abouti à un procès international, et il n’existe toujours pas de stratégie juridique globale afin de poursuivre ces crimes en justice. 

Le Président Barham Salih a rencontré cette semaine Nadia Murad à Bagdad. Il a demandé au Parlement « d'accélérer l'adoption de la loi sur les femmes survivantes yézidies par la Chambre des représentants ».

Le projet de loi sur les femmes survivantes yézidies, qui traîne au Parlement depuis près de deux ans sans avoir été voté, garantit des opportunités d'emploi aux survivantes en leur attribuant deux pour cent des emplois du secteur public irakien, ainsi qu'un salaire fixe et des terres.

Plus de 6 000 femmes et enfants ont été capturés par l’Etat islamique lorsqu'il a pris le contrôle de Shengal en août 2014, commettant un génocide contre la communauté ethno-religieuse. Des milliers de personnes sont toujours portées disparues.