Notre Représentation

mis à jour le Dimanche 4 janvier 2015 à 12h34

Coopération Franco-Kurde

La relation entre la France et la région du Kurdistan est forte et historique.

Des coopérations existent entre les deux dans de nombreux domaines.

Coopération économique

La Région autonome du Kurdistan d’Irak, après des années de guerre connaît un essor considérable. De nombreuses entreprises internationales investissent actuellement dans le pays. La demande est forte dans tous les domaines: consommation courante, éducation, logements, automobiles, infrastructures, sports, culture. La distribution d’électricité dans la région est passée de 2 heures quotidiennes à 22h ou 24h selon les villes. Les villes de Erbil, Suleymaniah et Duhok représentent de vastes chantiers.

C'est dans ce contexte favorable que de nombreuses entreprises françaises sont présentes dans la Région du Kurdistan. Parmi elles, on peut citer notamment Schneider Electric qui a signé des contrats pour la fourniture d'équipements électriques au Kurdistan et dans la région de Najaf et Kerbela; Perenco qui a investi dans la recherche de gisements pétroliers. On compte encore des grands groupes comme Véolia, France Télécom, Carrefour, Total ou encore la société SCP, spécialisée dans les métiers de l'eau, qui réalise une étude portant sur la gestion des ressources en eau au Kurdistan.

Renault Trucks, filiale de Volvo, a remporté en 2008, un contrat pour la fourniture de 300 camions au ministère du pétrole et a signé en 2010, un accord portant sur l'installation de deux chaînes de montage, l'une à Iskanderiyah, l'autre au Kurdistan. 

La société Lafarge, 1er investisseur français en Irak (avec 1 Md USD d'investissement), possède deux cimenteries au Kurdistan (60% du ciment fabriqué en Irak). L'entreprise française Lafarge apporte son soutien, à la fois technique et financier, aux travaux de restauration de la citadelle d'Erbil.

Coopération universitaire

Dans le cadre de la contribution à la formation des élites, la France et le KRG se sont engagés dans des programmes boursiers à coûts partagés signés entre les ministères de l'enseignement supérieur du Gouvernement Régional du Kurdistan d'Irak et la France. Un accord a d'ailleurs été signé en ce sens le 23 juin 2009 entre le KRG et le Centre national des œuvres universitaires (CNOUS). Il s'agit du 1er contrat de bourses à coûts partagés entre la France et la Région du Kurdistan. Environ 75 étudiants boursiers du Gouvernement Régional du Kurdistan d'Irak étudient actuellement en France. Plus de vingt domaines de spécialisation sont représentés : médecine, ingénierie, pétrole, agriculture, droit, archéologie, sciences politiques, langue française, informatique etc...

En octobre 2010, l'Ifpo (Institut français du Proche-Orient), établissement de recherche français à l'étranger dans le domaine des sciences humaines et de l'archéologie a ouvert une antenne à Erbil, capitale de la Région. Suite à cette inauguration, l'Ifpo a signé un accord de partenariat avec la « Haute commission pour la revitalisation de la citadelle d'Erbil » (HCRCE) pour s'installer dans deux maisons de la citadelle d'Erbil.

 

Coopération technique et pour le développement

Dans ce domaine, l'action de la France au Kurdistan s'inscrit dans l'appui à la reconstruction, notamment en apportant son expertise dans le domaine de l'agriculture, secteur économique essentiel et domaine stratégique, que ce soit pour la sécurité alimentaire et pour le respect de l'environnement. La France apporte son soutien au développement du secteur agricole de la Région afin de l'aider à reconstruire une filière de production performante et répondant à ses besoins alimentaires.

Un projet a été mené au niveau de la culture des pommes de terre. Le 5 juillet 2010 s'est tenue dans ce cadre, la première « journée franco-kurde de la pomme de terre ».

En effet, le Kurdistan, autrefois important producteur de pommes de terre, importe aujourd'hui entre 80 et 100% de sa consommation annuelle de pommes de terre, soit environ 60 000 tonnes.

Des variétés de pommes de terre françaises ont été testées dans la Région et les résultats tirés de cette expérience sont très encourageants : les plants français ont un rendement plus de deux fois supérieur aux plants actuellement utilisés au Kurdistan.

Toujours dans le même ordre d'idées, une « Maison française de l'agriculture et de l'environnement » a été ouverte en novembre 2010 à Erbil. Ce lieu a pour vocation d'être un lieu d'échange, de réflexion et de coordination dans les domaines de l'agriculture et de la gestion des ressources naturelles.

 

Coopération culturelle

Un centre culturel français, dépendant de l'antenne de Bagdad, a ouvert à l'automne 2009 à Erbil. Il mène des activités à la fois linguistiques et culturelles (Fête de la Musique, projections de films français, etc...).

 

Coopération linguistique : l'enseignement de la langue française

Deux écoles françaises de la Mission laïque française ont ouvert leurs portes en 2009 dans les villes d'Erbil et de Souleymanieh (niveaux maternelle et élémentaire).

Le français est également enseigné dans 5 lycées du gouvernorat d'Erbil (5 professeurs pour 1240 élèves) et dans un lycée privé à Dohouk (4 professeurs pour 300 élèves).

Deux départements de français sont ouverts dans les universités d'Erbil et de Koya.

© Tous droits réservés - Représentation du Gouvernement du Kurdistan en France - 2017' - Site web créé par Agence Développeur Web.