Nos actualités

Une délégation gouvernementale en France pour évoquer l’après-Daesh sur le plan politique et judiciaire

 

Une délégation du Ministère des Martyrs et de l'Anfal menée par le Vice-Ministre Baravan HAMDY était en France pour présenter des propositions pour l’après Daesh.

Un certain nombre de combattants de nationalité française de Daesh étant prisonniers des forces de sécurité du Kurdistan, il s'agissait en outre de voir avec les autorités françaises les suites judiciaires à donner dans ces cas précis.

La délégation s'est entretenue avec les services du Ministère de l’Intérieur, le Centre de crise du Ministère des Affaires Étrangères et le Procureur de la République de Paris, François Molins.

La volonté des autorités du Kurdistan-Irak est la création d'un tribunal spécial international dont la compétence serait limitée géographiquement et dans le temps afin de juger les prisonniers membres de Daesh. 

Il s'agit de rendre justice aux victimes, souvent membres de minorités autochtones, afin d’éviter que ces crimes ne se reproduisent.

Le Kurdistan-Irak est prêt à accueillir un tel tribunal, composé de magistrats locaux et étrangers, sur son territoire. Les formes et les compétences restant encore à définir.   

Par ailleurs, les forces de sécurité et la justice de la Région autonome du Kurdistan disposant d'une quantité importante de documents pouvant servir de preuves, l'aide de spécialistes français en la matière a été demandée pour exploiter ces sources.

Autres rencontres importantes, sur un plan politique cette fois ci, la délégation s'est entretenue avec M. Rémi Féraud, sénateur PS de Paris et M. Bruno Retailleau, Président du groupe "Les Républicains" au Sénat et du groupe sénatorial de liaison et de solidarité avec les Chrétiens et les minorités au Moyen-Orient, ainsi que le Sénateur Michel Amiel, membre du "La République en Marche".

 

 

Plus tard, c'est le Sénateur Bernard Cazeau, en charge de la Commission sénatorial sur le retour des djihadistes français, qui les recevait.